Nous sommes aussi sur :

COING

COING
  • Le cognassier (Cydonia oblonga) appartient à la famille des Rosaceae(Yüksel, 2013).
  • Il est originaire des régions tempérées chaudes, incluant l’Asie Mineure (Orhan, 2014).
  • C’est en Turquie que la production de coing est la plus importante (22 % de la production mondiale), suivie par la Chine, l’Ouzbékistan, le Maroc, l’Iran, l’Argentine et l’Azerbaïdjan (Orhan, 2014).
  • Du fait de l’acidité et de l’astringence du fruit frais, le coing est le plus souvent consommé épluché en confiture ou en gelée.

CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

  • Le cognassier est un arbre de petite taille (5-8 m de haut et 4-6 m de large) à feuilles caduques (Orhan, 2014).
  • Son fruit ressemble aux pommes et aux poires, de couleur jaune vif à maturité (Orhan, 2014), d’où la distinction de 2 sous-espèces :
    • Cydonia oblongamaliformis, fruit en forme de pomme
    • Cydonia oblongapyriformis, fruit en forme de poire (Yüksel, 2013).

CARACTERISTIQUES DE COMPOSITION (hors macronutriments, vitamines et minéraux)

  • Une étude (Wojdyło, 2013) a analysé 13 différentes variétés de coing et 5 génotypes différents pour leur contenu en composés phénoliques notamment. Un total de 26 composés phénoliques a été identifié dans les 15 variétés, à savoir : 9 épicatéchines ((-)-) flavan-3-ols, procyanidine B2, des dimères, trimères et un tétramère de procyanidine, 8 hydroxycinnamates, des dérivés d’acides cafféoylquiniques et coumaroylquiniques, du 9 kaempférol et des dérivés de quercétine (Wojdyło , 2013). La concentration en polyphénols varie entre 1709,43 mg pour 100 g de poids sec (génotype S1) et 3436,56 mg pour 100 g de poids sec (génotype Leskovac). Les flavan-3-ols sont les polyphénols majoritairement présents dans le coing, à hauteur de 78 à 94 % des composés phénoliques totaux (Wojdyło , 2013).
  • Une analyse des acides organiquesprésents dans le coing a mis en évidence la présence de 6 principales molécules, à savoir les acides citrique, ascorbique, malique, quinique et fumarique dans le fruit (Silva, 2002).
  • Enfin, les acides aminés majoritairement présents dans le fruit sont l’acide aspartique, l’asparagine et la glycine ou l’hydroxyproline (Silva, 2004), malgré une faible teneur en protéines (0,367 g pour 100 de fruit), selon la Table de composition nutritionnelle des aliments, CIQUAL 2013