Nous sommes aussi sur :

DENTS

MEDICAMENTS DENTS

les médicaments qui laissent des traces sur les dents

Certains médicaments rendent les dents plus sensibles aux colorations. C’est le cas des antihistaminiques (contre l’acidité de l’estomac, les démangeaisons, les allergies…), des antipsychotiques (neuroleptiques) ou des antihypertenseurs (contre la tension).
Précautions : On ne peut pas toujours éviter certains médicaments. Mais on peut souvent corriger leurs méfaits. Pour y remédier, votre dentiste peut vous proposer un blanchiment, voire un recouvrement partiel.
Mise en garde : N’arrêtez jamais un traitement en cours sans l’avis de votre médecin traitant.

Dents blanches : arrêtez le tabac !

CigarettesdentsNon seulement le tabac a de graves conséquences sur la santé, mais il favorise aussi l’apparition de taches sur les dents. La nicotine entraîne la survenue de colorations brunes souvent difficiles à éliminer, qui pénètrent l’émail. Bien sûr, plus on fume longtemps, plus les taches s’incrustent. Fumer donne par ailleurs mauvaise haleine, favorise les gingivites et augmente les risques de cancers oraux !
Conseils : Si vous souhaitez arrêter, parlez-en à votre médecin, il peut vous aider.
Mise en garde : Si vous optez pour un blanchiment alors que vous fumez, il faudra arrêter la cigarette au moins durant le traitement (les agents de blanchiment multiplient le potentiel cancérigène du tabac).
Brossage : le secret des dents blanches
On parle beaucoup de blanchiment mais, faut-il le rappeler, la stratégie numéro 1 pour afficher un sourire le plus éclatant possible (nous avons tous une teinte naturelle plus ou moins claire), c’est de se brosser les dents efficacement. Inutile d’opter pour des dentifrices blanchissants, une formule classique doit suffire avec un brossage régulier et bien approprié. Le brossage prévient non seulement l’apparition de taches, mais également le jaunissement.
Mode d’emploi : Un brossage après chaque repas ou collation, minimum 3 minutes, trois fois par jour !

L’hygiène bucco-dentaire de l’adulte

HYGIENEBUCCODENTAIREL’adulte sera ainsi concerné par l’hygiène biquotidienne des dents.
Pour l’adulte, la technique et l’utilisation d’accessoires de brossage sont également adaptées en fonction de la forme des dents, de leur implantation, de la qualité intrinsèque de leurs gencives, de leur possibilité d’ouvrir plus ou moins la bouche.
Ce sont tous ces éléments qui vont permettre au chirurgien-dentiste de vous conseiller une technique de brossage, de l’utilisation de fil dentaire, de petites brossettes inter-dentaires, de l’utilisation d’un appareil hydropulseur qui envoie un jet d’eau puissant sur et entre les dents (bon pour le massage des gencives, mais ne décolle pas la plaque bactérienne de la surface de l’émail).
Quelque soit la technique de brossage conseillée et les produits utilisés, il faut retenir qu’il est essentiel de passer la bosse à dents sur la jonction gencive-dents et sur toutes les faces de toutes les dents, et que seule l’action mécanique de l’extrémité des poils appelés filaments sans appuyer assure le contrôle de la plaque bactérienne.
De récentes études ont démontré que la plaque bactérienne constitue un bio-film qui va se loger contre la surface dentaire sous la gencive, et qu’elle est nourrie par la plaque bactérienne qui se développe sur l’émail.
En plus de provoquer des caries par la production d’acides, les bactéries vont entraîner une inflammation des gencives (saignements des gencives soit spontanément, soit au brossage) qui peut évoluer vers une maladie parodontale (déchaussement dentaire).
Il faut savoir qu’un saignement gingival signe une gingivite et qu’il s’agit en général d’un état réversible par un détartrage et une bonne hygiène bucco-dentaire, alors que le stade suivant, la parodontite, peut entraîner des pertes de substances gingivale et osseuse non récupérable.
Quelque soit l’âge, il est donc fondamental pour notre bien-être et notre santé générale, d’assurer une hygiène bucco-dentaire correcte, et celle-ci dépend essentiellement de notre propre motivation même si les chirurgiens-dentistes sont là pour nous informer et nous soigner.

Étude de risques carieux chez l’enfant

DentifriceLe risque carieux dépend des caractéristiques de l’individu :
état de santé général et milieu socioculturel et économique
– santé bucco-dentaire
– caractéristiques salivaires
– habitudes alimentaires, surtout la fréquence des prises alimentaires
– hygiène
– « vie dangereuse » roller et trottinette entraînant des traumatismes dentaires parfois très graves : perte de dents définitives, la croissance faciale peut en être perturbée.
– prescription du pédiatre et du chirurgien-dentiste
– visites et décisions thérapeutiques du chirurgien-dentiste.
Il est essentiel de ne pas exposer l’enfant aux bactéries des adultes :
– si vous êtes sujet aux caries, il est conseillé de ne pas goutter la nourriture de l’enfant avec sa cuillère.
– ne pas sucer ou lécher les doigts de l’enfant.

Comment soulager vite une rage de dents

Doliprane

Douleur violente, soudaine, insupportable : la rage de dents fait terriblement souffrir ! Les solutions pour soulager rapidement et efficacement ces douleurs intolérables.
Clous de girofle : ça marche !
Parce qu’il contient 60 à 90 % d’eugénol (substance anti-inflammatoire, antibactérienne et antidouleur), le clou de girofle est un bon remède contre la rage de dents ! Il est d’ailleurs utilisé régulièrement par les dentistes comme anesthésique local.
Comment l’utiliser ? En l’écrasant puis en l’appliquant sur la dent douloureuse. Ou en mastiquant un clou de girofle trois à quatre fois par jour – en attendant un rendez-vous chez le dentiste.
A savoir : Le clou de girofle correspond aux boutons floraux du giroflier.
Quels antalgiques choisir ?
Pour soulager efficacement la douleur liée à une rage de dent, il faut prendre des médicaments analgésiques,. Lesquels choisir ? Un, le paracétamol (Doliprane par exemple). Deux, si la douleur persiste, on peut associer paracétamol et codéine. Mais attention : La prise de codéine peut entraîner une somnolence et une dépendance. Ne pas en prendre durant plus de 48 h (en attendant d’aller consulter le dentiste).
Posologie : Le paracétamol et la codéine peuvent être pris jusqu’à six par jour. Demandez conseil à votre pharmacien.
A noter : il faut éviter de prendre de l’aspirine. En cas d’intervention dentaire, elle fluidifie le sang et fait saigner.
Mettre de la glace
Utiliser de la glace ou des glaçons contre une douleur dentaire est un remède très connu…
Est-ce vraiment efficace ? La glace empêche en effet l’influx de la douleur de circuler ; Mettre de la glace peut aider en urgence sur une douleur d’origine inflammatoire. Mais il faut quand même aller voir rapidement un dentiste.
A noter : Attention, l’application de la glace doit s’effectuer dans un linge placé sur la joue.

Quels bains de bouche ?

Les bains de bouche peuvent être efficaces pour soulager une rage de dent… mais seulement dans certains cas ! Ils soulagent les douleurs de gencives mais pas celles liées aux caries. Quand ils ont une action antiseptique, ils préviennent le développement des bactéries et limitent l’inflammation.
Comment les utiliser ? 4 à 5 fois par jour en phase inflammatoire, en attendant un rendez-vous chez le dentiste.
Attention : Au quotidien, les bains de bouche doivent être utilisés de manière transitoire car ils peuvent rendre résistante la flore buccale et finir par ne plus agir, précise notre spécialiste.
A noter : Le Synthol n’est pas un vrai bain de bouche car il n’a pas d’action antiseptique.
Attention à l’ibuprofène !
Si les médicaments soulagent rapidement et efficacement les rages de dents, certains d’entre eux peuvent être dangereux ! C’est le cas de l’ibuprofène. Il soulage la douleur dentaire violente mais il ne faut pas le prendre tant que l’on n’a pas vu un dentiste.
Pourquoi ? Parce que la rage de dent peut être associée à un abcès [infection de la pulpe dentaire]. Or, l’ibuprofène réactive les bactéries et entretient cette infection. Demandez conseil à votre pharmacien.

Appliquer des solutions anesthésiques

Votre douleur dentaire devient insupportable ? Essayez les solutions anesthésiques vendues en pharmacies. En pâte ou liquide, il suffit de les appliquer en massage sur la ou les dents qui font souffrir pour calmer la douleur…
Bien sûr, ces produits ne sont pas miraculeux ! Mais ils vous apaiseront le temps d’aller consulter votre dentiste.
N’hésitez pas à demander conseil à un pharmacien.
L’huile essentielle de giroflier
Besoin d’une solution naturelle et radicale pour soulager une rage de dents ? Optez pour l’huile essentielle de giroflier ! Contenant entre 85 et 95 % d’eugénol, elle bénéficie d’un fort pouvoir anesthésiant !
Comment l’utiliser: Déposer une goutte d’huile essentielle de giroflier sur un coton-tige ou le bout du doigt. Appliquer contre la dent et masser autour (gencive).
Attention : Si la douleur dentaire ne cède pas très vite après avoir appliqué l’huile essentielle, il faut absolument consulter un dentiste.
A noter : l’huile essentielle de giroflier ne doit pas être utilisée plus d’une semaine. Elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes, allaitantes, et chez les enfants de moins de 6 ans.
Pensez au fil dentaire et aux brossettes
Quand la douleur dentaire ne passe pas, pensez au fil dentaire ou aux brossettes inter-dentaires. Certes, ces petits outils ne soignent pas la rage de dent mais ils peuvent soulager une douleur associée, par exemple en retirant des aliments coincés entre deux dents. Ces « bourrages alimentaires » sont souvent à l’origine d’inflammation de la gencive.
A noter : Le fil dentaire et les brossettes inter-dentaires doivent être utilisés au quotidien lorsque l’on a des écarts entre les dents. Ils permettent de retirer la plaque dentaire (nocive pour les dents) située dans des endroits inaccessibles par la brosse à dents.
L’alcool sur la dent, efficace ?
« Un patient m’a dit avoir mis du pastis sur sa dent pour calmer la douleur », confie un chirurgien dentiste. Bonne idée ou pas ? « Ce sont des remèdes de grand-mère mais ils n’ont aucune logique médicale », répond notre interlocuteur.
Même son de cloche du côté d’un pharmacien : « L’alcool n’est pas anesthésique et ne bloque pas la douleur. Pire, sa prise peut ravager les muqueuses buccales [gencive, palais…]. »
En clair, oubliez cette solution en cas de rage de dents !
Des solutions homéopathiques…
En cas de rage de dent, il est conseillé :
– Névralgie (douleur liée au nerf) : Hypericum 5 ou 7 CH
– Gencives enflées, douloureuses : Belladonna 5 ou 7 CH
– Œdème et douleur améliorée par le frais : Apis 5 ou 7 CH
– Douleur violente au coucher : Arsenicum Album 5 ou 7 CH
– Douleur nocturne et hypersalivation : Mercurius Solubilis 5 ou 7CH.
Posologie : 2 granules, 3 à 4 fois par jour pour chaque traitement.
En urgence: 5 gouttes de Mandragora D1 sur un coton dans la dent (préparation à réaliser en pharmacie). A noter : Ces traitements soulagent mais ne soignent pas. Il faut consulter rapidement un dentiste.

Faut-il se brosser les dents ?

« Le brossage des dents peut soulager une douleur violente de gencives et éliminer les bactéries », explique un chirurgien dentiste. Cependant, « il n’a pas grand intérêt dans le traitement de la douleur d’une rage de dent », poursuit un  pharmacien. En fait, il permet surtout de prévenir le risque de caries (première cause de rage de dents) en empêchant l’accumulation des bactéries.
A quelle fréquence se brosser les dents ? Après chaque repas pendant au moins 3 minutes (toujours de la gencive vers la dent).
Quelle brosse à dents et quel dentifrice choisir ? Une brosse souple pour mieux éliminer la plaque dentaire. Et un dentifrice à base de fluor, d’amines fluorés ou de chlorure de zinc, qui renforce l’émail et diminue le risque de carie.
Le passage chez le dentiste obligatoire ?
Votre douleur dentaire devient insupportable ? Pas la peine de vous bourrer de médicaments, de mastiquer des clous de girofle ou encore de mettre de la glace si vous n’avez pas encore appelé votre dentiste ! Car il n’y a que l’acte pratiqué au cabinet dentaire qui puisse vraiment soulager la douleur.  Le traitement réalisé en cas de rage de dents est la dévitalisation de la dent, c’est-à-dire l’élimination totale des éléments pulpaires (nerf, vaisseaux, cellules). De plus, Il est indispensable de voir un dentiste, même si la douleur s’est calmée, afin de déterminer la cause de la rage de dents et de prévenir son évolution. »En effet, sachez qu’une rage de dents non soignée évolue généralement en abcès.
D’où vient la rage de dents ?
Des douleurs très violentes, soudaines, qui montent en puissance ou sont intermittentes : pas de doute, c’est une « rage de dents » ! Si ce terme nous est familier, on ne sait pas toujours ce qu’il désigne…
En fait, la « rage de dents » traduit l’inflammation de la pulpe de la dent (partie centrale qui rassemble les nerfs et les vaisseaux sanguins) suivie d’une infection due à la pénétration de bactéries dans les tissus. On parle aussi de « pulpite » ou de « nécrose pulpaire« .
Elle peut être causée par une carie qui n’a pas été soignée à temps, une affection liée à une dent cassée ou abîmée ou encore à une dent de sagesse en évolution.
Rage de dents : surveiller les caries !
Si une carie peut sembler bénigne au premier abord, elle peut très vite faire des ravages (kyste, abcès) ! C’est ainsi la cause la plus fréquente de la rage de dents. En fait, au fil du temps, cette maladie entraîne la destruction de l’émail (pas de douleur), puis de la dentine (hypersensibilité au chaud, au froid ou au sucré) et enfin du cément(substance osseuse) de la dent. Résultat : la dent n’est plus protégée, les bactéries l’envahissent et attaquent la pulpe (cavité centrale).
Ce qu’il faut faire contre les caries : Se brosser les dents après chaque repas, utiliser des dentifrices à base de fluor, consulter au moins une fois par an un dentiste…

Comment se protéger de la carie ?

BrossetdentifriceLe risque de développer une carie dépend essentiellement de trois facteurs :
Le terrain, l’alimentation et l’hygiène bucco-dentaire.
Il est directement lié à la présence de bactéries pathogènes.
Le terrain
Nous pouvons être plus ou moins sensibles à l’apparition de caries, certaines personnes avec une hygiène dentaire très moyenne, voire inexistante peuvent ne pas développer de caries, alors que d’autres avec une hygiène dentaire irréprochable vont en avoir !
L’alimentation
Essentiellement les sucres et les acides en contact direct sur les dents (sodas, jus de fruits, bonbons…)
Sachant que presque tous les aliments contiennent du sucre, il est recommandé de varier son alimentation et de limiter le nombre de prises alimentaires à 5 par jour ; soit les 3 repas principaux plus 2 collations au milieu de la matinée et de l’après-midi.
Le rôle des sucres et des acides dans le développement de la carie est donc prouvé. Il est intéressant de terminer un repas par des aliments susceptibles de diminuer l’acidité du milieu buccal comme le fromage qui contient de la caséine.
Le thé et les vins de Bordeaux qui contiennent du tanin favorisent également la diminution de l’acidité du milieu buccal. A ne pas donner aux enfants bien évidemment !
Si vous ne pouvez pas vous brosser les dents après un repas, il est intéressant de vous rincer la bouche à l’eau ; et il est même conseillé de mâcher du chewing-gum sans sucre. Cette mastication va provoquer des perturbations au sein de la plaque dentaire, elle va empêcher l’organisation des bactéries contenues dans la plaque, éliminer les débris alimentaires, et surtout augmenter le débit salivaire qui grâce à son pouvoir de re-minéralisation de l’émail, va le renforcer et diminuer nettement la virulence des bactéries.

L’équilibre alimentaire

Tous les aliments contiennent du sucre, d’ou l’intérêt de manger équilibré et de limiter le nombre de prises alimentaires à 5 ou 6 en comptant le café ou le thé sucrés.
Certains aliments qui collent aux dents sont dangereux pour l’émail.
Plus les prises alimentaires sont fréquentes, plus la salive a du mal assurer ses fonctions de re-minéralisation et de diminution de l’activité acide des aliments.
Du fait de la présence de fluor dans la chaîne alimentaire, il n’est pas utile de prescrire du fluor aux femmes enceintes.
Les boissons : En fait, seule l’eau ne présente pas de risque carieux. Par le sucre qu’ils contiennent, les jus de fruits et les sodas ont un gros potentiel de formation de caries ; il est conseillé pour les boire de se servir d’une paille, ce qui évitera le contact direct sur les dents et qui amusera les enfants !

L’hygiène bucco-dentaire

Règle de vie élémentaire. Minutieuse, L’hygiène bucco-dentaire doit être enseignée et instituée comme une règle essentielle dans la vie de tous les jours.
La salive
Par son rôle protecteur et lubrifiant des surfaces dentaires et gingivales elle constitue un rempart au développement des caries.
Elle a le pouvoir de neutraliser les acides formés à la surface des dents par les bactéries.
Elle contient des minéraux tels que le calcium et du fluor qui permettent une ré-minéralisation permanente de l’émail.
Le débit salivaire est directement lié à la mastication, d’où l’idée de mâcher un chewing-gum sans sucre.
Le flux salivaire dans la bouche permet de « nettoyer » les dents.
Sachant que la production de salive est pratiquement nulle pendant le sommeil, le brossage du soir est fondamental.
Le Fluor
Le rôle du fluor dans la prévention de la carie par renforcement de l’émail et par sa capacité à diminuer la virulence bactérienne est scientifiquement prouvé.
Il participe également la ré-minéralisation de l’ émail.
Il constitue l’agent prophylactique essentiel de la carie.
Seul l’utilisation régulière et continue du fluor assure son efficacité sur l’émail.
L’utilisation du fluor se fait par contact direct sur l’émail et par voie générale :
– Contact direct : Essentiellement les dentifrices, mais aussi les bains de bouche, certains gels et vernis dentaires prescrits ou fournis par votre chirurgien dentiste.
– Par voie générale : Certains aliments sont naturellement riches en fluor.
Utilisation de sels fluorés
– Eau de ville et minérale riches en fluor.
– Utilisation du Fluor :
Pour les enfants, il est important d’analyser l’apport fluoré journalier.
Le bilan fluoré établi par votre chirurgien-dentiste ou par le pédiatre, dépend de la consommation de fluor dans l’eau de boisson naturelle ou minérale, de l’ingestion de sel fluoré à la maison et à la cantine scolaire (paramètre peu important car on peut + ou – saler ses aliments), des produits d’hygiène bucco-dentaire et des habitudes alimentaires.
Chez l’enfant, il est important de ne pas avaler de fluor en trop grande quantité pendant la période de formation des germes dentaires, il risquerait une fluorose : apparition de tâche sur les dents et fragilité de celles-ci ; elles seront plus vulnérables à la carie.
La prescription de fluor complémentaire à l’aide de comprimés ou de solutions fluorées (gouttes) est très précise et sera faite par le pédiatre ou le chirurgien-dentiste à partir de l’âge de 6 mois et non pas dès la naissance.
L’apport le plus simple reste le dentifrice fluoré.
Pas avant l’âge de 3 ans parce que l’enfant ne sait pas se rincer la bouche et avale le dentifrice.
De trois à 6 ans, utiliser un dentifrice junior faiblement dosé, et à partir de 6 ans, un dentifrice fortement dosé en fluor est recommandé.
Le fluor contenu dans le dentifrice a le pouvoir d’agir également dans les zones ou le brossage est difficile. D’ou l’importance du temps de brossage fixé au minimum à 3 minutes pour d’une part, brosser toutes les faces des dents, et d’autre part pour laisser le fluor contenu dans le dentifrice au contact des zones difficiles d’accès à la brosse à dents.
Le calcium
Il participe à la minéralisation des dents et du capital osseux en général.
L’apport se fait essentiellement par la consommation de produits laitiers.
Il a le pouvoir de diminuer également l’acidité provoquée par les bactéries.

Comment avoir de jolies dents blanches

Dentier

Envie de belles dents blanches, d’un sourire éclatant ? Le point sur l’efficacité des blanchiments chez le dentiste ou à domicile, sur la fiabilité des produits antitaches (dentifrice, bicarbonate…), sur les aliments qu’il faut éviter, et bien sûr, sur tous les trucs qui marchent !
Les blanchiments dentaires chez le dentiste
Les blanchiments en cabinet sont des procédés chimiques à base de peroxydes d’hydrogène. Ils éclaircissent la dent durablement (parfois plusieurs années), mais n’éliminent pas les taches.
Mode d’emploi : Ils sont effectués tout ou partie en cabinet.
Précautions : Un bilan bucco-dentaire s’impose avant l’intervention. Caries non soignées, problèmes de gencives, soucis de santé ou tabagisme sont autant de contre-indications. Attention : fruits foncés, thé, café, vin… doivent être évités durant les traitements et consommés avec modération par la suite.
Mise en garde : Une hypersensibilité au chaud et au froid peut apparaître durant l’intervention. Le traitement ne modifie pas la teinte des facettes, couronnes ou bridges.

Les kits de blanchiment à domicile

Les kits de blanchiment à domicile contiennent, comme ceux des dentistes, des agents de blanchiment (peroxydes d’hydrogène). S’ils sont moins chers, ils sont aussi moins concentrés et moins efficaces. Ils éclaircissent très légèrement les dents et ne peuvent rien non plus contre les taches.
Mode d’emploi : On trouve trois types de produits : les bandes adhésives, les gels à appliquer au pinceau et les gouttières jetables à caler sur ses dents.
Précautions : Un bilan bucco-dentaire s’impose avant utilisation. Thé, café, tabac, vin et fruits foncés sont à éviter durant le traitement et après !
Mise en garde : Des gouttières mal adaptées peuvent altérer les gencives.

Microbrasion : l’arme antitache dentaire

Cette technique permet d’éliminer les taches par une action mécanique. Elle s’effectue chez le dentiste et ne concerne que les colorations très superficielles. Elle peut être utilisée en complément d’un blanchiment.
Mode d’emploi : La microbrasion consiste en une « usure » légère de l’émail, réalisée à l’aide d’une pâte à la fois abrasive et acide.
Précautions : Elle n’est efficace que sur les taches incrustées dans l’émail de la dent et très peu profondes. N’en espérez pas plus !
Mise en garde : Ce procédé ne peut pas être répété. Il peut altérer l’émail de manière irrémédiable.

Les dentifrices blanchissants, efficaces ?

Les dentifrices, gels et autres liquides censés révéler l’éclat de vos dents peuvent, il est vrai, aider à éliminer certaines taches de surface. En fait, l’action mécanique du brossage ajoutée à la pâte permet d’éliminer les dépôts de plaque dentaire. D’où des dents légèrement plus blanches et, surtout, plus propres ! La plupart des dentifrices contiennent de légers abrasifs (du bicarbonate de soude par exemple) et des agents chimiques, mais ils ne modifient pas la teinte de l’émail.
Mode d’emploi : Ils s’utilisent comme des dentifrices classiques.
Mise en garde : Pas plus d’une semaine par mois. Un usage intensif peut abîmer les dents.

Dents blanches : le bicarbonate de soude

Il fait partie des blanchissants classiques. Le bicarbonate de soude peut avoir une légère action mécanique sur la couleur des dents et sur les taches de surface. Pourquoi ? Parce que ses fines particules, lorsqu’elles sont brossées contre la dent, éliminent en partie la plaque dentaire. Les dentifrices blancheur en contiennent fréquemment.
Mode d’emploi : Tous les jours si vous voulez, pur sur sa brosse à dents !
Précautions : On peut recourir à ce produit à condition de ne pas le mélanger avec du dentifrice ou tout autre pâte qui pourrait augmenter son action abrasive et abîmer les dents.

Dents blanches : pensez au détartrage !

Le détartrage, associé à un polissage, peut permettre d’éliminer certaines taches superficielles (thé, café…). Parce qu’il débarrasse du tartre et évite l’apparition d’une plaque dentaire (dépôt dur et rugueux favorisant la prolifération des bactéries), il rend aux dents un aspect esthétique normal et leur donne un joli coup d’éclat.
Mode d’emploi : Le détartrage doit être effectué en cabinet de dentisterie.
Mise en garde : Il est conseillé de se faire détartrer chaque année, et si besoin tous les six mois. Seul un dentiste peut définir votre réel besoin en fonction de votre denture.
Les aliments qui blanchissent les dents !
Certains aliments comme le céleri, les pommes, les poires et les carottes font énormément saliver. Or, la salive aide à éliminer les taches et évite par ailleurs le développement des caries. Les chewing-gums sans sucre ont les mêmes bienfaits.
Précautions et mise en garde : Même si certains aliments permettent de conserver de jolies dents, évitez les abus. Veillez à varier vos apports en fruits et légumes quelles que soient leurs propriétés, et gardez à l’esprit que Si vous voulez conserver des dents blanches, surveillez ce que vous mangez !

Les aliments et boissons qui tachent les dents

Certains aliments peuvent les colorer. C’est simple, tout ce qui est foncé, tout ce qui peut tacher un vêtement en coton (myrtilles, mûres, betteraves…) peut teinter votre émail. Et c’est aussi le cas de boissons : le café et surtout le thé (dont on boit généralement de plus grandes quantités), mais également les sodas et jus de fruits ! Même s’ils sont riches en antioxydants, le vin rouge, le jus de cranberry ou de raisin teintent les dents à la longue.
Précautions et mise en garde : Inutile de faire une croix sur les boissons ou aliments qui tachent, mais pensez à vous brosser les dents ou, au moins, à vous rincer la bouche après en avoir consommé.
La mastication intensive de chewing-gums peut entraîner des problèmes d’aérophagie.

A quoi servent les dents ?

DentsnoiresLes dents assurent des fonctions essentielles à la vie : Alimentation, élocution, vie relationnelle, sourire…

L’Alimentation :
Chaque groupe de dents est destiné à une fonction précise du fait que nous sommes omnivores et que nous mangeons une grande variété d’aliments.
Le groupe incisivo-canin sert à déchirer et à couper. Ce groupe est composé de 6 dents, 4 incisives et 2 canines, à bords fins et coupants.
Les prémolaires et les molaires situées plus en arrière servent à broyer les aliments. Ce sont des dents à surface large, cuspidées et au relief plus ou moins accentué. La digestion commençant par la mastication.
L’Elocution :
Il est impossible de s’exprimer correctement sans dents.
La vie relationnelle :
Le sourire est une invitation à la communication.